Ode à ma muse

 

 

 

Je voudrais bien m’asseoir

Au banc de ton espoir

Je voudrais m’endormir

Dans ton lit-souvenirs

Attendre chaque soir

D’entrer dans ton histoire

Oser sans en rougir

Te donner du plaisir

Je voudrais t’emmener

Dans mes jardins secrets

Pour nous promener nus

Hors des sentiers battus

Te parler sans arrêt

Faire ensemble le projet

De vivre en invaincus

Au-delà du vécu

Je voudrais simplement

Te dire mes sentiments

Te parler poésie

Sans tomber dans l’ennui

Ou arrêter le temps

Ou te faire un enfant

Assumer mes folies

Respecter tes envies

Je voudrais t’enlever

En carrosse doré

À travers cette histoire

Où répond le miroir

Déposer à tes pieds

Cet étonnant soulier

Qui ne va qu’aux déesses

Qui ne va qu’aux princesses

 Je voudrais avant tout

Vivre le rêve fou

De rester cent années

Merveilleux condamné

Aux portes de ta vie

Silencieux asservi

Même si à la fin

Je connais ton dédain

Je voudrais te sculpter

Aux marbres-éternité

Façonner de ma main

La rondeur de ton sein

Avoir l’air trop heureux

Tout au fond de tes yeux

Et goûter sur tes lèvres

Cette brûlante fièvre

Je voudrais me droguer

De ton corps LSD

N’avoir que ton prénom

Pour unique horizon

Et comme apothéose

Mourir d’une overdose

Pour n’avoir que ta vie

Comme unique patrie

Je voudrais m’incendier

Au plus fort des brasiers

Que renferme ton cœur

Avec trop de pudeur

Et j’ai beau résister

Je ne peux m’empêcher

De voir au fond de moi

Une image de toi

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site