L'ombre assise

Tableau de Sylvie Perron        De l'ombre à la lumière,
        Il n'est qu'un petit pas,
        Un pas dans la misère
        Dans une rue, là-bas.

        Le spectre d'une vie
        S'éloigne de la foule.
        Chassée du paradis,
        C'est une vie qui coule.

        Les épaules courbées
        Sous la désespérance
        Toute noire d'idées
        Qui se noient dans l'errance,

        Rendent l'âme petite,
        Minuscule poussière
        Qui plus jamais n'habite
        L'aveuglante lumière.

        Lorsque le cœur s'effondre
        L'espoir, sans hésiter
        Se met aussi à fondre
        Aux chaleurs de l'été.

        La ronde des regrets
        Se met déjà en marche.
        La vie désintégrée
        Trouve alors une marche,

        Un trottoir, un coin sombre
        Pour poser sa misère
        L'envie de vivre sombre
       Tout au fond de la terre.

        La peine est un tombeau
        Qu'on cache aux catacombes 
        Du rêve le plus beau
        Mais qui pourtant succombe

        Dans l'immense dédain
        De ceux qui sont heureux
        Mais leur bonheur mondain
        Se rit des miséreux.

        De l'ombre à la lumière,
        Il n'est qu'un petit pas,
       Un pas dans la misère
       Dans une rue, là-bas.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site