L'hortensia

Perdu dans une cour, au milieu de la ville,

 A l'ombre du béton, sous le regard tranquille

 De cabanons moussus aux portes délabrées,

Qui se ruinent à être, en comptant les étés ;

 

Perdu dans une cour, dans l'herbe sans saison

Qu'un rêve de jardin sut mettre à la raison,

Un hortensia rougit comme un soleil naissant

Et verse pour la vie quelques gouttes de sang.

 

A-t-il soif? Il puise à la rosée matinale

L'hydromel savoureux, loin de la bacchanale.

A-t-il chaud? Il se cache à l'ombre de lui-même.

 

Perdu dans une cour et dans l'indifférence,

Sous le vent qui frémit, un buisson rouge danse,

Murmure en silence au temps qui passe : "Je t'aime."

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×