L'abyssinien.

 

Dans la nuit brunâtre des confins de l'espace

Balayé quelquefois par les vents incertains,

Planent des souvenirs et leur vol de rapace

Dessine dans l’ombre des visages hautains.

 

A deux pas d’Antarès, sœur aînée de la guerre,

Aux lueurs tamisées d’un soleil qui finit,

Un homme, d’un œil bleu, contemple au loin la Terre

Et rêve des grandeurs de son Abyssinie.

 

Son pays qui, de l’homme, abritait le berceau, 

Marchait dans la gloire comme d’autres sur l’eau.

Le roi des rois était en ce temps-là son guide.

 

Tout au fond du cosmos, à l’abri de l’oubli,

L’empreinte du passé qui s’endort, ennobli,

Allume une étoile d’une pâleur languide.

 

dcd le 30 aout 1681 à REUNION

marié en 1671 à Madagascar

avec Marie TOUTE (1649 - 1744)

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site