Fait d'Hiver

 

Pourquoi a-t-il fallu qu’un bout de nuit s’entasse

Au fond de cette allée oubliée par le temps,

Que la pluie de janvier recouvre de sa crasse

Ces semblants de pavés balayés par le vent?

Pourquoi a-t-il fallu que des ombres sans âme,

Fantômes du Néant, viennent sy perdre un soir,

Pour planter le décor dun mauvais mélodrame,

D’un film de quatre sous sur un écran trop noir?

Pourquoi a-t-il fallu qu’une femme perdue

Dépose son bébé dans les bras du hasard?

Personne n’habite cette maudite rue

Qui ne fait après tout qu’abriter le blizzard!

Même Dieu se foutait, au chaud dans son église,

Que cet enfant soit nu : son fils , lui, l’était bien

Il s’en moquait comme de sa propre chemise,

Qu’il avait dû donner au dernier des chrétiens.

Et même la lune, s’en battant les étoiles,

S’est voilé la face d’un nuage plus dense.

Ô lune maudite, tu n’enlèves tes voiles

Que pour les sorcières quand elles sont en transe.

Mais pour le nouveau-né que l’on offre en pâture

Aux griffes de l’hiver, aux morsures du froid;

Il n’est point de destin aux couleurs de l’azur,

Ni même une prière, encore moins une croix.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site