Déchirure

 

Déchirure

 

 

Qu'avaient-ils de si lourd qu'ils ne pouvaient se dire

Sans oser regarder le visage de l'autre ?

Ils se tournent le dos, sont prêts à se maudire.

Leur silence est la fange où la haine se vautre.

 

Et pourtant ils s'aimaient. Sinon, leur désespoir

N'aurait pas su ancrer leur regard aussi bas

Où traînent, émiettés, les éclats de l'histoire

D'un amour qui hélas ! finira en combat.

 

Est-il plaie ouverte qu'on ne puisse guérir

D'une main caressante ou d'un léger sourire ?

Le silence est la terre où croît l'irrémédiable !

 

Tourne-toi, jeune femme ! Et toi, regarde-la !

Parlez-vous, s'il vous plaît, et ne restez pas là,

Silencieux, enfermés dans les allées du Diable. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site